6 octobre 2020

LAEP

Parmi les équipements de quartiers, les centres sociaux tiennent leur rang à Brest. Les cinq structures (centre social de Bellevue, de Kerangoff, de Kerourien, de Pen-ar-Créac’h, centre social et culturel de Keredern) organisent leurs portes ouvertes samedi 9 septembre 2017 (voir encadré ci-dessous).

Tarifs pour tous

Un bon plan de fréquenter un centre social ? Cela va sans dire, si l’on se réfère au nombre d’activités proposées : des ateliers de cuisine, lecture, écriture… aux cours de gym en passant par les activités multimédias, il y en a pour tous les goûts.
À des tarifs accessibles au plus grand nombre puisqu’ils sont établis selon le quotient familial.

« Mais nos centres sociaux sont ouverts à tous les publics, sans distinction », tient à rappeler Hervé Rozec, responsable des Amarres. Mettant en exergue la raison d’être des structures : un projet à destination des habitants construit avec les habitants du quartier.

On peut venir pour pratiquer une activité, mais également pour passer un moment (l’accueil est primordial chez nous), partager, se rencontrer et s’engager.

Et en la matière, le centre social, qui privilégie la famille et la jeunesse, est aussi un bon plan. « Pour ceux qui ont une idée, un projet pour le quartier, notamment dans l’économie sociale et solidaire, et que nous pouvons aider à mettre en œuvre. » Comme le poulailler initié par deux habitants à Keredern, inauguré samedi 9 septembre.

 
Aller au contenu principal